loader image

DU SNACK, OUI MAIS DU SNACK EXOTIQUE !

Cela fait bien longtemps que le pays de Rabelais a cédé au chant des sirènes du snacking, directement importé des Etats-Unis où le fast-food est roi. Il concerne désormais plus de 60% des Français au moins une fois par semaine et 1 panier sur 5 selon Nielsen ; un marché en pleine expansion qui représente aujourd’hui 2.8 milliards d’euros en grandes et petites surfaces. Nous savons que cette évolution est le reflet du changement profond des habitudes alimentaires, les pauses dej sont plus courtes et les prises plus fréquentes ; ainsi les Français totalisent jusqu’à 5,5 prises alimentaires en moyenne par jour.

 

Toutefois, ces dernières années le snacking a beaucoup évolué… Fini le monopole des sandwichs et des burgers, les consommateurs veulent manger rapidement ET sainement et c’est le snack healthy qui tire à présent le marché vers le haut. Salades, sushis, infusions, bowls… ce sont les bons produits de qualité, sourcés localement et bio qui explosent.

 

Mais le snack va-t-il s’arrêter là ? Que nous réserve 2020 ? SUB s’est intéressé aux nouvelles tendances du snacking, laissez-vous inspirer… and welcome on board !

 

 

DES CONSOMMATEURS AUX ENVIES D’AILLEURS

 

Si la France est réputée pour sa gastronomie et ses repas à table… cela ne rime pas forcément avec les codes du snacking qui implique plutôt des produits rapides à cuisiner et faciles à manger, c’est pourquoi nous nous tournons de plus en plus vers l’étranger et les cultures street-food inspirantes.

 

De plus, d’après une étude Mondelez, les produits de snacking ont une identité culturelle et sociologique forte qui se transmet de génération en génération – car pour 71% des interrogés les produits de snacking sont un moyen de se rappeler leur domicile et leurs racines.

Enfin les Français ont de manière globale un appétit grandissant pour les cuisines du monde, et selon les experts Xerfi les produits exotiques ont le vent en poupe. Ils prévoient notamment une hausse de 7,5% et 4% par an en moyenne pour les produits asiatiques et tex-mex. Les sushis, les plats indiens, les plats frais et surgelés exotiques, et enfin les produits respectant les préceptes religieux participent aussi à faire grimper le marché à quelques 300 millions.

 

Une tendance particulièrement plébiscitée par les millenials et qui n’a pas échappé à Charal qui a lancé les premiers Empanadas du marché. Des chaussons traditionnellement garnis à la viande et enrobés d’une pâte dorée, typiquement argentin et très facile à manger sur le pouce !

DES CONCEPTS INNOVANTS ET DES MARQUES TOUJOURS PLUS INVENTIVES

 

Dernièrement, ce sont les pays du Moyen-Orient qui tirent leur épingle du jeu et qui sont à l’honneur : Israël, Egypte, Liban… Une cuisine orientale à base de pain pita, de houmous, de falafels, de chawarma, etc. qui présente de nombreux avantages comme être souvent vegan et/ou riche en protéines végétales (pois chiches, lentilles, fèves…). De plus, les recettes sont particulièrement photogéniques grâce à de nombreuses textures et couleurs, un combo gagnant pour les cibles les plus jeunes, adeptes des réseaux sociaux. Enfin, les produits ont tout bons car ils peuvent se déguster rapidement, s’emporter ou même être partagés lors de l’apéro !

 

Une cuisine que l’on retrouve d’ailleurs chez l’un des restos les plus en vogue à Paris : MIZNON (qui signifie « buffet » en hébreu). Un concept israélien, de street-food haut de gamme importé directement de Tel-Aviv. Ici la cuisine est ouverte, l’ambiance sympathique et on crie votre nom quand votre pita est prête – que vous pouvez bien sûr manger sur place ou emporter dans les rues de la capitale !

Évidemment la grande distribution n’est pas en reste et profite également de ces nouvelles tendances. Mix Buffet a d’ailleurs sorti un nouveau concept de salade mezzé, directement inspiré de la restauration israélienne. Différents ingrédients sont regroupés dans une box en papier kraft et servis avec une sauce et des blinis comme vous pourriez le faire là-bas !

Enfin n’oublions pas que lorsque l’on parle de snacking, on se doit aussi de (re)penser l’emballage car la recherche de praticité est tout aussi importante que la recette et la sélection des ingrédients. Les formats doivent être nomades, multi-usages, micro-ondables, tout en étant le plus écolo possible…

 

En effet, comment peut-on aujourd’hui concilier praticité, un prérequis de la catégorie, et responsabilité, une demande de plus en plus pressante de la part des consommateurs ?

 

Comment continuer à penser l’offre snacking qu’elle soit healthy, ethnique ou exotique à l’heure du zéro déchet … un challenge que les marques et leurs agences se doivent d’ores et déjà d’anticiper.

SOURCES :

_Mondelez, State of snacking, 2019

_Gira conseil, Cahier de tendances 2018

_Nielsen Homescan, Total France 2018

_Les Echos, Le snacking séduit de plus en plus de Français, 2019

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin